vilbrequin dans le plywood du doute
Parfois c'est si bon la haine....
je regarde la route et je me dis , l'avons nous fait jusqu'ici
une tache sur le chemin..c'est notre amour qui s'y meurt
nous l'avons égorgé hier au matin elle n'appartient plus à personne.
Je deviens errance, je passe à côté.
Toi, cracheras-tu sur ce que nous avons semé?


Il tombe des roses, puisque je ne te les donne plus.
Il tombe la guerre, parce que je n'y repars plus.
Il tombe la pluie
Il tombe le temps

A quoi bon m'enfuir
tu n' es déjà qu' un coup de vent
J'ai mon bonheur à porté de main
J'ai mon bonheur avec la gachette slaque
j'ai mon bonheur dans l'garde robe
j'ai mon bonheur qui attend les occasions
J'ai mon bonheur qui traine dans ma manne à linge sale
Mon bonheur est une arme,
mon bonheur est un jeu
quand je serai trop morte, quand j'aurai trop ri
si j'un peu de force encore, je dégainerai ou  je jouerai avec

Comme un 12 double canon ou  comme un lite brite , je mettrai les couleurs qui me tentent, les cartouches que je veux, j'en échapperai sans doute. Ça fera un gros bang ou gros flash...tout dépend

fuck it


Amours Chiennes





Je me rapelle l'avoir regardé partir un soir via la fenêtre du salon...
 j'comprenais pas ce qui était en train de m'envahir.
Une énorme bouffée de tristesse et d'ennuie dont je ne connaissais même pas la cause.
J'aurais voulue te le crier maman ce soir là,  j'aurais voulue que tu m'explique ce qui se passait.
Mais je ne connaissais pas les mots , ni la sensation.
"Des affaires d'adultes"
J'étais  encore qu'une enfant...mais qui venait de tout comprendre...
...et tout ce temps qui tombe...déjà

Les pics des Cantons me lacèrent dans le même ordre que je me rappelle les avoir vues.

..et si je recommencais

C'est vrai quand même....Quand j'y pense je suis pas handicapée et j'ai encore une tête. Ou c'qui en reste... Elle a pas cassé même après avoir sniffé toute cette drogue. C'qui a changé c'est le coeur. Je crois qu'on l'a mangé .

On a tellement pris soin de me l'embrocher souvent, des fois en tournant longuement durant des mois, d'autres fois en 2 secondes. Le résultat reste le même, il a finit par se défaire à la fourchette. Si tendre pour ces fins palais, qui au final ne ce sont qu'a peine rassasié. J'ai eu le coeur mangé, mastiqué et expurgé. Normalement, j'pleure plus souvent que ça, mais cette année j'avoue que ça presqu'été la panne sèche. Normalement, j'ressens plus que ça. J'ai plus froid, plus envie, plus de peine. Je suis bien au fond. Je vis dans un moule partiel et j'ai eu l'coeur mangé.


Au fond, y a p-e rien à recommencer..

Impression grand format

sur une plate-forme stable j'avale mes côtes contre ton flanc si serrés, si compressés un peu comme s'il avait été des "cales" , juste pour cette fonction je t'aime mes mots colle comme du foam tape tu devras tout arracher si tu veux les effacer
J'suis comme le Yiable...j'en arrive à vous faire oublier que j'existe.

MERCREDI 25 JANVIER 2012

MERCREDI 25 JANVIER 2012 Baise mon coeur si tu l'oses Je suis un chemin mal enterré Je suis tout tout ce qui est déjà arrivé Je suis tout ce que tu veux pas qui t'arrive Je suis une vieille bobine qui défile et défile, je ne sursaute plus.. Je suis blasée, je ne ressens plus rien "No heart...JUST hollow"

Je vous c0mprend pas

C'est la semaine avant ma fête... toujours une des plus difficile pour mieux te faire croire que le jour J tu mérite peut-être de vivre plus fort que tous que tu mérite le petit peu d'amour qu'on t'offre de plus... tout les débordements sont justifiés
"Finis les trips acido-ventriloques les ascendantes emmerdées badigeonnées encapuchonnées démembranées coincées fuckées Finis les punchs à nez sur la cervelle Finies les doses et tout ce qui vient avant ou après" L'oekoumène écorché vif:Michel Janvier, 1983
Dans le temps que j'avais encore plein de tout:)


Les rides et la solitude croisent ma fougue dans la porte
je me sens épuisé comme jamais
ce soir....j'vieillie
c'est comme grandir, ça résonne dans les genoux, dans les dents
ça blesse comme la première fois qu'on saigne
ça creuse comme un enfant dans le sable qui veut enterrer tout c'qui l'a, le peu qu'il possède pour son âge

J'vieillie comme une vieille barraque qui fuit de partout
qui perd sa vie à grande giclé, qui a plus rien à faire avec

J'vieillie comme les printemps qui reviennent toujours plus fade, un peu plus gris
J'vieillie comme ces soupirs qui se perdent après une dure journée

J'vieillie comme tout le monde ou comme personne
mais oui...j'pensais jamais le dire, pas si tôt du moins...
mais j'suis vieille

pas encore trop...mais oui...vieille